Tag Archives: Carnet de Voyage

Corse, France: de Bastia à Corte (1)

Une manière originale de voyager

Un combo TGV et ferry

Lorsqu’on m’a proposé de voyager en combo TGV avec la SNCB International et ferry avec Corsica Linea, vers la Corse : j’ai trouvé le concept original et j’étais très curieuse d’expérimenter cette façon de voyager! Départ de Bruxelles depuis la gare du Midi vers 10h du matin, enfin un horaire décent (lol)! Dans le confort de la première classe, je regarde sagement le paysage défiler.

Arrivée à Marseille à 15h50. Le métro est direct (2 ou 3 stations à peine) jusqu’à l’embarcadère des ferry de Corsica Linea, situé dans un quartier rénové avec de vastes centres commerciaux modernes dans d’anciens entrepôts. Ou comment tuer l’attente avant d’embarquer sur l’impressionnant ferry Pascal Paoli de 18h, à pour Bastia, en Corse (photos ci-dessus et ci-dessous). J’en profite pour acheter du Detox Kusmi Tea. Histoire de me rappeler les fashion weeks parisiennes (lololol!).

Une fois à bord, nous dînons dans le restaurant du ferry. Tout s’est très bien passé : l’équipage est super pro et le trajet de nuit permet d’arriver tôt à destination. Ma seule réserve concerne quelques passagers : en tant que femme, je ne me sentais pas à l’aise de traverser seule, les couloirs. 

Le spectacle du lever du jour sur le pont, en approchant du port Bastia, est vraiment superbe!

De Bastia à Corte

Le Vieux Port de Bastia

Il est 7h lorsque nous débarquons à Bastia. Début de l’automne, les arbres commencent légèrement à rougeoyer. Timide soleil. Après une longue pause à la terrasse d’un café, nous nous promenons dans des rues pittoresques et désertes (ou presque) menant au Vieux Port. La ville se réveille doucement. J’aime le Sud, son rythme.

  

Déjeuner à Folelli

I Fuletti

En  fin de matinée, nous quittons Bastia pour le village de Folleli, où nous déjeunons au restaurant I Fuletti. Notre longue tablée se trouve sur une agréable terrasse avec suffisamment de soleil pour se croire encore en été. La cuisine méditerranéenne aux influences corse et italienne est juste délicieuse. J’ai même craqué sur le dessert (mes plats en photo ci-dessus et ci-dessous)!

Le Parc Galéa

Nous reprenons la route en direction de Taglio Isolaccio pour visiter le Parc Galéa, où j’ai eu un gros coup de coeur pour les jardins de cactus (photos ci-dessus et ci-dessous). Ce parc permet de découvrir le patrimoine naturel et culturel de la Corse. Et on peut aussi suivre des conférences sur divers thèmes, visites guidées et ateliers pédagogiques.

  

Du whisky corse

Le Domaine Mavela

La surprise : du whisky corse! La distillerie de Mavela qui produit des spiritueux, s’est associée avec la brasserie Pietra, pour élaborer des Whiskies corses de qualité, sous l’appellation P&M. Je ne bois pas d’alcool, mais je suis toujours curieuse des terroirs et des savoir-faire. Après un tour de la distillerie, nous avons goûté différentes liqueurs (comme celles de Cédrat Natura et de Clémentine Natura) et quelques whiskies.

Puis nous partons pour Corte, où nous dormons ce soir. A suivre…

    

Photos : © Mademoiselle Le K – Tous droits réservés

Informations  

Pour se rendre en Corse par Ferry : www.corsicalinea.com, Bureau de vente à Bruxelles : Tel. 02/620 06 76, resa.benelux@corsicalinea.com

Pour rejoindre Marseille en train : www.sncb-international.com. 2 ou 3 liaisons par jour en TGV Bruxelles-France (trajet en 5h10). Si achat en ligne des billets TGV, il est possible de les imprimer chez soi, ou de les télécharger via l’application mobile SNCB International.

CCI de Bastia et de la Haute-Corse : www.ccihc.fr

Autres articles : Destinations & Lifestyle

Un grand merci à Corsica Linea, à la SNCB International et au CCI de Bastia et de la Haute-Corse, pour cette belle invitation. Comme toujours ce sont mes opinions.

Japon: Sasayuri-Ann Terrace Villas (J2)

La cérémonie du feu

Voici la suite de mon article : Japan Sasayuri-Ann Terrace Villas (Jour 1). Avant que vous en commenciez la lecture : si les vidéos mettent du temps à charger, ou si elles s’arrêtent en cours de lecture, actualiser la page. 

Ce matin tôt vers 7h30, nous assistons à la Cérémonie du feu dans le petit temple de la propriété du Sasayuri-Ann (nous sommes huit personnes, moines inclus). Notre hôte et propriétaire des villas, M. Matsubayashi est aussi un moine de la secte Shugendo, une des plus vieilles du Japon.

Sur un bâtonnet en bois, chacun de nous, la veille, a inscrit un voeux avec son nom, ou celui de la personne à qui est destiné le voeux. Ces bâtonnets alimenteront le feu au cours de la cérémonie. Le rite est scandé par le tambour, le chant et les incantations. C’est impressionnant.

Pendant : j’observe, j’absorbe les moindres détails sans comprendre. Aussi plus tard dans la journée, j’interroge M. Matsubayashi sur la Cérémonie du feu qui a lieu le 28 de chaque mois. Il répond que dans l'”esoteric Buddhism”, le feu est le symbole de Dieu.

 

 

Les 48 chutes d’Akame Shijyuhachitaki 

  

En fin de matinée,

Nous nous rendons aux 48 chutes d’Akame (Nabari), la région est le berceau des Ninjas qui comprenaient aussi des femmes. L’histoire raconte que dans la période féodale, un ninja agent secret s’entrainait aux chutes d’Atame.

Quel bonheur d’être à nouveau au contact de la nature (aménagée) : belle déclinaison de verts! Nous avons même spontanément fait du tree hunging (étreindre le tronc d’un arbre) tant le lieu est inspirant. Je sais, je sais… Mais croyez-le ou non, ceci ajouté à la contemplation et au bruit des chutes, nous a rechargé.

Certaines chutes sont aisément accessibles d’autres plus difficiles (s’équiper de chaussures de randonnée et prévoir plus d’une heure). Nous avons atteint la Nunobiki Fall (soit la huitième chute, photo de gauche ci-dessus) de 30 mètres de haut. C’est paraît-il une des plus belles. Chi va piano, va sano, va lontano, okay (lol)!

  

Le concert de flûte de bambou

De retour à la villa Ozunu que nous occupons, le musicien Toshimitsu Ishikawa nous fait découvrir le son et les accords particuliers à la flûte de bambou (portrait photo de droite ci-dessus). Une musique très poétique et très dépaysante qui apaise l’âme.

Je ne vous ai mis que de courts extraits, car les morceaux sont longs et je n’arrivai pas à les télécharger sur la page. Je pense réaliser un film sur le voyage avec des séquences plus complètes que je mettrai en ligne sur You Tube. 

 

 

Un dîner gastronomique 

  

Kaiseki

Avez-vous jamais rêvé qu’un chef étoilé Michelin fasse une démonstration de cuisine, à domicile rien que pour vous? Dans la suite de nos aventures au Sasayuri-Ann Terrace Villas, nous avons eu cette jolie surprise avec le chef Kouzi Nagata, propriétaire du Manso restaurant à Nara!

Instant magique avec un chef humble et généreux qui maîtrise l’art de la coupe (10 ans pour le fameux poisson au millier d’arrêtes) et de la beauté. Chaque plat est graphique et épuré. Les saveurs sont délicates, avec un jeu subtile sur les textures.

Le chef veut vous faire plaisir, tout en partageant son savoir. Collectionneur de lames anciennes, il m’a aussi montré et laissé toucher des sabres vieux de plusieurs siècles ayant appartenus à des samouraï.

 

 

Photos & vidéos : © Mademoiselle Le K – Tous droits réservés

Informations  

Sasayuri-Ann Terrace Villas

Organiser son voyage avec Exclusif Voyages 

Se rendre au Japon : vols directs depuis Bruxelles & Paris avec ANA 

Autres articles : DESTINATIONS & HOTEL REVIEWS

Un grand merci à Exclusif Voyages, à Ryokan Collection, à Mr et Mme Matsubayashi et à leurs enfants, aux moinrs Shugrndo ainsi qu’à M. Toshimitsu Ishikawa et M. Kouzi Nagata, pour cette magnifique immersion dans un Japon traditionnel et hédoniste. Comme toujours ce sont mes opinions. 

Japon, 48h à Kyoto: Fushimi Inari-taisha

  

Direction Fushimi

  

Célèbre sanctuaire shinto

Notre première matinée. Réveil aux aurores, depuis la gare de Kyoto, nous prenons un “local train” (omnibus) vers le sud de Kyoto, Fushimi. C’est mon troisième séjour à Kyoto et étrangement, ma première visite au célèbre sanctuaire shinto Fushimi Inari-taisha qui consacre Inari Okami, la divinité des récoltes de riz, de l’abondance et de la joie. 

Il n’est pas 8h lorsque nous arrivons, mais le site est déjà rempli de nombreux visiteurs, touristes et écoliers. Sans trop réfléchir, nous nous dirigeons vers les hypnotiques Torii rouges et noirs, les portes des sanctuaires shinto. Les inscriptions gravées sur les Torii représentent les noms des donateurs et les dates.

Sur un versant de la montagne Inari, des volées de Torii alignés, sillonnent vers le sommet (à 233 mètres), pour redescendre par un autre versant (voir la carte du sanctuaire sur la dernière photo ci-dessous). Très naïvement, nous pensions que la montée serait rapide. En fait, ça grimpe vraiment, il y a plusieurs paliers, dont certains offrent une vue panoramique de Kyoto (photo ci-dessous). 

Au fur et à mesure que nous nous rapprochons du sommet, il y a de moins en moins de monde. Jusqu’à ressentir enfin un calme contemplatif parmi ces Torii en pleine nature, bercée par une lumière orangée sur fond vert intense. Singulièrement, le chemin du retour, du sommet à la base de la montagne m’a semblé plus long. Comptez pour l’ensemble de la visite, une bonne matinée si vous n’aimez pas vous presser.

  

Idées shopping

    

Photos : © Mademoiselle Le K – Tous droits réservés

Informations  

Fushimi Inari-taisha, JNTO

Organiser son voyage avec Exclusif Voyages

Se rendre au Japon : vols directs depuis Bruxelles & Paris avec ANA

Autres articles : DESTINATIONS