Wong Kar Wai réseau: qui êtes vous Mademoiselle Candy Law?

Bienvenue de retour à Hong Kong Baby !

– J’ai travaillé très dur sur ce film: il a beaucoup d’humour, c’est un type amusant.

il : Wong Kar Waice film : “2046” (2004), avant My Blueberry Nights (2007). la jeune femme timide: l’excellente maquilleuse de mode et consultante pour de prestigieuses marques de maquillage qui travaille aussi avec le talentueux réalisateur  (suis fan depuis mes études de cinéma) et sa maison de production, Jet Tone Films.

– En raison d’une prolongation de la production, la précédente maquilleuse a dû partir, elle avait d’autres engagements. Alors William Cheung, le directeur artistique de “2046”, m’a donné ma chance. Le test : il m’a demandé de faire un look simple. C’était un énorme challenge quand on sait combien le plus simple est souvent le plus difficile ! D’autant que j’ai travaillé seule avec des acteurs célèbres comme Tony Leung et Gong Li. Je voulais faire de mon mieux et finir dans les temps.

– Au cinéma: tu es bloquée de longues heures sur le travail. En particulier avec Wong Kar Wai qui voulait que tout soit parfait. C’était une énorme pression, où tu n’as absolument pas droit à l’erreur. Tu dois être en maîtrise parfaite : c’est très éprouvant physiquement !Je pouvais fumer deux paquets de cigarettes par jour.

Dans le Starbuck de l’IFC, entourée de financiers, Candy ressemble à un personnage de Tim Burton, sombre, un rien gothique, plein d’humour et de jolies contradictions :

– Pourquoi j’ai appelé mon chien Muffin? Parce je n’aime pas les muffins. J’aime les idées tordues. Je peux être très extrême dans mes maquillages. J’aime aussi les livres, mais je ne lis pas, je regarde les images. Je ne tiens pas être prise par l’histoire.   

A 24 ans, elle part à Sydney à la rencontre de son père et pour étudier dans une école de maquillage spécialisée dans le cinéma et les arts de la scène. Deux ans plus tard en 1999, elle rentre à Hong Kong et commence à travailler pour des éditoriaux de mode et campagnes publicitaires.

– Je n’ai jamais eu l’idée d’aller hors de mon pays. Je suis une femme chinoise conventionnelle : la famille, c’est le plus important. Je sais que le mariage est une chose difficile. Je suis toujours inquiète du futur.

Le futur?

– Seule sans ami (suivi d’un éclat de rire). Non, j’aime sortir avec mes rares proches amis (à jamais les mêmes), rester à la maison avec Muffin et ma très sage grand mère de 86 ans qui m’apaise. C’est la personne qui m’est la plus proche. Je ne parle aux gens que lorsque j’en ai envie.

Alors un grand merci Candy !

Bonus tracks : en quittant Candy, je croise deux supers Hong Kong toutous sortis d’un dessin allumé !

 

Autres articles : INTERVIEWS

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.