La mode selon Gaspard Yurkievich

Paris, dans les dix heures et quelques douces grisailles, j’aime pas tous les matins du monde. Le Marais semi désert s’éveille lentement, comme le rituel d’une vieille dame digne excentrique et rangée. L’on y fait des rencontres, besoin de me mettre en marche. L’Ipod guerrier, un vieux Blondie « Atomic » western, suis accro.

Impression de blancheur écaillée jusqu’au ciel blanc étouffé, le genre de luminosité vide, cour pavée ondulante, murs ni droits ni rectilignes, d’un décor expressionniste allemand où les perspectives se défilent dans tous les sens. Petite porte en bois brut, large escalier, le vernis noir et épais qui tranche avec de petites lettres blanches, j’y suis je sonne : Gaspard Yurkievich.

Show room blanc dépouillé un néon message devant un néon éclairage, ambiance studieuse dans la pièce voisine où s’affaire l’état major. Quelques snapshots, géométrie de couleurs sur chaussettes noires, des portants, la collection homme présentée la semaine précédente. De l’ensemble émane une idée de rigueur ponctuée d’une fantaisie maîtrisée. Gaspard, simple, arrive avec Virginie, son attachée de presse, on s’assoie. 

– Berçot, c’est un peu comme une psychothérapie, un peu comme l’Actor Studio. 

Des études au Studio Berçot, une expérience chez Colonna et avant le tremplin du festival de Hyères, l’« étape » d’assistant défilés au bureau de presse d’Isabelle Roch : 

– J’avais besoin de me désinhiber. 

Sourire et d’ajouter l’œil espiègle:

– Enfant, j’avais un monde intérieur très développé, je ne m’ennuyais jamais, je dessinais. J’adorai chanter et danser, la musique. Flash total sur Diana Ross, il y a deux ans. On adore la danse, le corps. Une idée unique du corps, ça c’est flippant. J’habille mes amis qui pratiquent nos vêtements. On est hyper critique vis-à-vis de nous-même. 

Pas pu m’empêcher de lui dire combien j’aimais depuis les débuts ses chaussures : 

– Merci. La chaussure pour moi, c’est hyper facile.  

Tandis que ses mains pianotent parmi les quelques paires de la prochaine collection Femme (une exclu spéciale pour vous!), Gaspard décrit son approche de la mode « à la fois super parisienne et assez contemporaine »  : 

– On y est allé naïf et complètement libre. Imposer un langage, une identité. Créer un sens entre l’esprit et le corps : redéfinir le cliché de la mode, un lien entre l’establishment et le traditionnel. Notre marque tient sur une philosophie : le vêtement est le compagnon du jour. L’approche est de plus en plus élaborée. C’est sexy mais c’est un vrai vêtement. La première collection Homme est née des fondations de la collection Femme. Mais toutes les collections existent par elles-mêmes.

De façon naturelle, depuis l’enfance, Gaspard conjugue l’Art Contemporain avec plaisir, d’où ses collaborations avec différents artistes, dont Edouard Levé et l’architecte Didier Faustino pour certains de ses shows : 

– C’est un peu la récrée, je suis comme un directeur artistique sur un défilé : un casting de visions, comme des clés données aux gens. On vit un moment très très fort. Je fonctionne complètement à l’affect. 

Je pense à ce fameux dessert pour le « mythique » Café de La Paix : 

– On adore la nourriture, l’idée de générosité. On voulait que ce soit sexy et gourmand : avec une fève dans un écrin. Au début, j’avais imaginé un gâteau forêt noir puissant, écrasé par une chaussure pour une expo organisée par un magazine japonais. C’est drôle! 

Ai changé de place, besoin d’angles différents, du fameux « mécanisme créatif » dont me parle Gaspard de plus en plus prolixe. Pour la prochaine collection Femme, il s’est inspiré d’un livre introuvable en France, Pierre Berger et Karl Lagerfeld s’opposeraient à sa sortie : « Beautiful Fall » d’Alicia Drake. J’aime le principe de l’interdit !

– L’histoire d’Yves Saint Laurent, Lagerfeld, Antonio Lopez. Les années 70 : comment les gens s’habillaient, c’est pas du tout intéressant. C’est plus l’esprit couture, les égéries, Loulou de La Falaise : prendre leur énergie, le phantasme de cette époque. La transmission entre la couture et le prêt-à-porter.

De ses nombreux voyages pour le travail, Gaspard retient « l’influence d’énergie, pas le folklorique » :

– Il y a un dialogue. J’aime beaucoup la culture américaine. Les Etats-Unis recyclent beaucoup, le vintage. En rejoignant le Crazy Horse à Las Vegas, on a dû passer une journée à Detroit, où on a trouvé une excellente boutique vintage et découvert l’expo d’Anthony McCall. 

Et lorsque Gaspard, l’ultra parisien est à Paris : 

– Je vis Rive Gauche et je travaille Rive Droite.

Je quitte le show room, avec cette phrase de Gaspard en tête: 

– J’adore la mode, ce sont des propositions, c’est comme un dialogue. 

Alors Gaspard merci pour ce joli dialogue! 

Ses adresses :

– Une suite dans un hôtel particulier : aux interrupteurs designés par Gaspard himself, avec les silhouhettes de danseuses du Crazy Horse… so chic ! L’Hotel Particulier de Montmartre : www.hotel-particulier-montmartre.com/wordpress/ 

– Un restaurant fusion frenchy nihon : « le chef japonais cuisine de la gastronomie française » Les Cartes Postales : 7 rue Gomboust, 75001 Paris – Tel : + 33 (0) 1 42 61 02 93 – Une curiosité « Artscience » : « centre d’Art Contemporain » Le Laboratoire :  www.lelaboratoire.org 

– Une architecture : Beaubourg « bien sûr »   www.centrepompidou.fr/   

« Paris nostalgique » : Le Crazy Horse   www.lecrazyhorseparis.com 

www.gaspardyurkievich.com

 

Autre articles :

Gaspard Yurkievich: Défilé Homme Eté 2009, Backstage

Gaspard Yurkievich: Collection Homme Eté 2009

Paris Collections Femme Automne-Hiver 2008: Gaspard Yurkievich

INTERVIEWS  

 

  

4 responses to “La mode selon Gaspard Yurkievich

  1. Je trouve que Gaspard Yurkievich est un des meilleurs styliste du moment

  2. Je reconnais les lieux ! Les soldes presses G.Y m’ont rendue légèrement fébrile … D’autant que j’ai raté les salomés multi-brides mauves demi-talons en soldes, Grrr …
    Merci pour l’interview et les (très jolies) photos. J’ai un faible pour ce créateur, et ce que je vois de sa collection d’étét me tente !

  3. genius kodak moments.

  4. eh bé, tu plaisantes pas toi ! bravo pour cette intw ! J’adore Gaspard Y, un createur ultra talentueux…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *