Mon it hôtel 2007

“Maybe you can drive my car, yes I’m gonna be a star!”: a rock star please! Yes, à mes heures perdues, j’intègre la panoplie glam rock : taxi ! Je file dans le quartier arty bohème de Toronto. Je passe l’entrée d’un cinéma sorti de Starsky et Hutch et je croise Beck (si si!) dans le hall du Drake Hotel. Je viens de tirer mon portrait dans le Photomaton old school vaguement 70’s qui trône dans l’entrée. Tandis qu’on me déleste de mes bagages, je précise : chambre… Trop de stars ici : j’attrappe la poignée du coupé Mercedes noir qui m’attend devant l’entrée, j’ai laissé le vélib à Beck !

Une déco chaude et pas design-euse, huit chambres, des bars, salle de concert, restaus, une terrasse comme à Formentera baby ! Deux heures plus tard plus une expo photo au Musée d’Art moderne, de nouveau amis parce que Toronto est très friendly et un quart d’heure de stiletto conversation à talons rompus avec la très stylée réceptionniste qui adore mon parfum. Moi aussi. Je rentre dans ma chambres où mes valises m’attendent, bercées par mon dodo doudou: ô la jolie peluche verte à Jacquars Burlington d’un artiste pas connu à acheter si je veux, parce que je le v(e)aux bien !

Je zappe entre l’écran plat de l’ordi, the Drake TV, so exclusive, le DVD et le CD player qui joue « A Bohemian Like You » des Dandy Warhols. Une note me souhaite la bienvenue, je m’écroule avec mes Wayfarer sur un dernier bouquin de l’internationale underground, recommandé spécialement à mon intention, par the Drake team : thanks guys ! Une sélection de magazines et de cours de yoga, pour le précieux objet d’attention que je suis ! Tellement je m’aime !

Le téléphone sonne s’impatiente, je sors de ma cabine douche vitrée parfumée Aveda, avec vue sur mon queen size bed, mini chambre conviviale. J’enfile un trois fois rien à la Hedi Slimane, accessoirisé grungy – tribute to Seattle, me mire une ultime fois et je cheese « Nice People » (le dessin animé pour enfants, façon Telebuppies, no comment) dans le Lounge. On m’attend au restau avec grand écran plat sur rideau de velours pour une projection pas privée du tout ou lecture de poèmes ! Dommage, faut que je speede découvrir Toronto et le quartier, des galeries, shopping. Je me glisse à nouveau dans le coupé noir racé, « it » bag voletant.

Je reviens tard, l’ambiance bat son plein sur la terrasse sainte ibizienne sous moins plusieurs degrés, j’aime la musique ! La nightittude plus un quinqua almodovarien transgender, se prélassent en Pokahontas shoes, ambiance bon enfant. C’est cool, ma main lascive flirte avec le papier peint, j’arpente nonchalamment l’exigu couloir digne d’une cover d’album. Rock bien sûre. Action ! Et là je recroise Beck, décidément ! Echange complice de sourires. Alors dans l’aube naissante, je roll incognito sur mon lit : enfin je ferme mes yeux comblés subjugués d’une si sexy journée dans un si sexy hôtel, avec une si sexy girl, moi ! Yeah you can drive my car, yes I’m a rock star baby! Next time, I could be a movie star, couldn’t I ?

www.theblakehotel.ca 

Autres articles  : DESTINATIONS

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.